Le respect d'autrui


Nous souhaitons lutter contre le sentiment d'insécurité des arlonais


Les citoyens sont en droit d’attendre du pouvoir public qu’il assure ses missions régaliennes, en ce compris la garantie de sécurité pour tous. À cet effet, la liste MRMC considère le respect des règles et la lutte contre l’impunité, comme des fondements essentiels de sa politique. Les autorités communales sont en première ligne dans le développement d’une politique visant à lutter contre l’insécurité : il relève en effet de la responsabilité du futur Bourgmestre de maintenir l’ordre public sur le territoire de sa commune. C’est sous son autorité et celle du Collège de police que les policiers exercent leurs missions préventives et répressives. Nous souhaitons insister sur le respect des valeurs, des normes, mais également sur le respect mutuel qui doit se créer entre le citoyen et l’autorité publique. La politique locale en matière de sécurité devra évidemment se réaliser de manière coordonnée avec les autres niveaux institutionnels.


Si permettre aux arlonais de se sentir en sécurité sur le territoire de la commune est essentiel, nous veillerons à rester attentifs à l’équilibre qui doit exister entre sécurité et liberté individuelle. Le service public doit être le garant des droits fondamentaux.

Nous souhaitons revaloriser la fonction d’inspecteur de proximité (par exemple par la mise en place d’une permanence hebdomadaire, d’un lien direct, etc.).


En ce qui concerne les effectifs de police, la contribution moyenne par habitant est une des interventions les plus fortes de la province ; l’effectif policier est plus important que ce que prévoit la norme KUL et les équipements et infrastructures sont de qualité. Dans ce contexte, nous travaillerons sur le manque de présence policière dans les rues et quartiers (y a-t-il un surplus de tâches administratives qui grèvent la capacité opérationnelle ? ne pourrait-il pas être confié a du personnel calog ? la police engage-telle suffisamment d’agents de police ?).


Nous souhaitons augmenter la visibilité des agents de rue : à cet effet, nous veillerons à intensifier les patrouilles nocturnes des policiers et systématiser les patrouilles a pied et à vélo dans le centre-ville.

Nous continuerons à soutenir les services de la Zone de secours de Luxembourg.


Assurer un service de police adapté requiert également que l’on renforce la coopération policière entre zones, entre zones et Police fédérale, entre les zones et les services de sécurité des sociétés de transports publics ainsi que les entreprises de gardiennage agréées.

Nous souhaitons améliorer l’accompagnement individualisé des victimes d’actes de violence pour le développement d’un service d’aide aux victimes.


Nous veillerons à la mise à disposition d’un document informatif et pédagogique harmonisé qui énonce les infractions visées par les sanctions administratives.

Nous souhaitons renforcer l’utilisation des sanctions administratives dans la lutte contre les incivilités, la malpropreté publique, les nuisances sonores et les nuisances de voisinage. Nous pensons qu’il faut, dans ce domaine, renforcer le rôle et la formation des agents constatateurs.


Nous devrons renforcer la politique de prévention. Nous sommes d’avis que celle-ci passe prioritairement par l’éducation et par l’école.

Nous devons davantage sensibiliser aux outils déjà mis en place en matière de prévention tels que le partenariat local de prévention conclu entre certains commerçants et la police. Nous pensons que d’autres PLP pourraient être développés sur la commune.



Nous organiserons des activités de sensibilisation à la lutte contre la violence, les assuétudes et les dangers d’Internet.

Nous amplifierons la coopération entre les services communaux de prévention et l’école.


Nous pensons qu’il est utile d’agir sur plusieurs points d’action, qui relèvent en tout ou en partie de la compétence communale, de façon à réduire l’insécurité (lutte contre l’exclusion sociale, lutte contre la violence vis-à-vis des plus faibles, travail sur le fonctionnement de la police et de la justice, travail sur l’aménagement de l’espace public, etc.).

Nous systématiserons les réunions communales rassemblant l’ensemble des acteurs de terrain (entre police, gardiens de la paix, service administratif, service de prévention, écoles, etc.) afin d’échanger et lister les problèmes rencontrés au sein de notre commune.


Nous serons attentifs à lutter contre la consommation d’alcool et de drogue sur la voie publique.

Nous veillerons à lutter contre les phénomènes de bandes.


Nous devons lutter contre la mendicité organisée.

Nous souhaitons lutter contre le système prostitutionnel.


Nous souhaitons poursuivre le développement du réseau de caméras de surveillances. A cet effet, il nous semble nécessaire de procéder à une évaluation de leur nombre, de leur emplacement, de la gestion de celles-ci ( visionnage et exploitation des images, connexion avec les forces de l'ordre, etc.), du coût de ce dispositif de vidéosurveillance, mais aussi de l'efficacité d'un tel dispositif

En matière d’infractions d’urbanisme, nous prendrons nos responsabilités le plus en amont possible et trancherons toute situation litigieuse de manière claire et en évitant, par ailleurs, tout clientélisme. Les infractions mineures n’ayant jamais été signalées et n’ayant aucune incidence sur l’ordre public doivent pouvoir être amnistiées. Par contre, concernant les infractions lourdes - c’est-à-dire celles qui violent le principe de développement durable du territoire, celles qui permettent l’émergence de marchands de sommeil ou l’insalubrité d’un immeuble et celles qui remettent en cause l’ordre et la sécurité publique doivent faire l’objet d’une réelle prise en charge par la commune.


Nous poursuivrons le travail déjà commencé dans la lutte contre les nouvelles menaces (radicalisme, radicalisation violente et terrorisme).

home_politics_join_3home_politics_join_3